Le premier pack : 4,5 kWh. Bms.

Courant Août 2011 j’ai assemblé 70 accus A123 dans 5 packs de 14 A123 chacun.

em_4.5kWh

 

Il est possible de les disposer dans l’avant du sous-coffre, 5 côte à côte.

La haute tension arrive et repart tout à gauche de la photo.

Les boitiers sont fabriqués en polycarbonate de 2mm plié à chaud (au fil chaud) plus une facade de 8mm en plexiglas.

Les 14 accus sont reliés par pattes en laiton+alu. Il y a 3 pattes pour relier les accus 2 par 2. Une patte alu avec 2 trous filetés M4, un accu, une patte en laiton percée avec le fil du bms brasé à l’étain, un accu, et une patte en alu serrée par 2 vis de 4x10mm à tête hexagonale et rondelle grower. Par dessus les 2 vis un capuchon en bois améliore la sécurité électrique et mécanique, il est légèrement enfoncé en force.

Entre chaque pack un connecteur anderson SB50 assure les liaisons des pôles plus et moins.

Avec cette conception il est impossible de travailler sous haute tension (230v continus c’est très dangereux si contact avec la peau. Les muscles risquent de se bloquer en position et le courant ne sera pas interrompu, avec hélas plus de 10mA. Le 230v alternatif peut être dangereux pour le coeur mais on a la possibilité de retirer rapidement les doigts). Il faut d’abord déconnecter latéralement les packs pour pouvoir les extraire.

Sur le dessus il y a le bms (battery monitoring system) qui surveille chaque cellule d’accu, à la fois en roulant et lors des recharges sur le secteur. Si une cellule monte à plus de 3,54 volts un shunt est mis à ses bornes pour dériver une partie du courant (0,3A) venant du chargeur et de la cellule elle-même. Dès qu’un shunt est placé la charge est interrompue jusqu’à un autre seuil de tension 3,5v où le shunt est retiré et la charge reprend.

Ainsi les accus qui arrivent en premier au seuil haut sont d’abord chargés au maxi puis légèrement déchargés. Les autres ne sont pas déchargés pendant ce temps. Ainsi, de proche en proche tous les accus arrivent au moins au seuil bas et la charge s’arrête alors, théoriquement tous les accus finissent à 3,50v.

Ce bms est issu de la conception de Peter Perkins (Uk).

Mais seuls les circuits esclaves sont utilisés, la liaison avec un ordinateur PC étant assurée en bluetooth. On assure ainsi une totale isolation électrique. De plus chaque tension est envoyée deux fois à suivre, permettant au PC de savoir si un parasite a éventuellement détérioré la valeur. On l’ignore alors et on reçoit 1/2 seconde plus tard un nouveau train de 70 tensions. C’est le PC qui demande le train de données au bms.

Publicités